février 22, 2017 Blog Pas de commentaire

PreparationC’est dans ta tête…

Euh non; je suis désolée. Cette fois-ci, c’est pas dans ma tête, c’est bel et bien dans ma bouche! C’est que je me suis ENFIN décidée à cuisiner avec la farine de grillons. Manger un produit tout fait, déjà pensé par quelqu’un d’autre, c’est une chose. Mais donner son consentement à ses propres chaudrons, pour utiliser le petit sac dans le haut de l’armoire, à côté de celui de la farine brune, c’en est une toute autre… ce petit sac spécial, avec ses qualités hautement nutritives pis toute, pis toute; OK, mais c’est quand même des bébittes la matière première! Méchant step à franchir…

Depuis le temps que je mangeais mes barres uKa, il était temps de passer à autre chose. Il fallait véritablement que je m’auto upgrade côté actes environnementaux (et peut-être aussi un peu côté courage). C’est pas comme si c’était ben ben compliqué à utiliser, cette farine de grillons. On peut l’utiliser pour concocter bien des petits plats, additionnés d’un hypocrite je ne sais quoi… Aucun mérite, j’ai donc rien que suivi une recette! Bin oui, ça existe; section «Recettes» sur le site d’uKa protéine. «Pain aux bananes et à l’érable (et aux grillons)»… Si on ne prend pas le temps de réfléchir à la provenance d’un des ingrédients, c’est alléchant comme idée de collation à glisser dans les boîtes à lunch. Bon, j’ai pas fait le glaçage (passe pas à l’école…), mais j’ai quand même plongé tête première, vers mon tout premier essai culinaire nouveau genre.

L’expérience derrière la promesse

Selon Marie-Loup, la femme derrière l’entreprise, ça devait rendre le pain-dessert plus moelleux. Il me semble que ça sonne mieux en anglais : fluffy. J’aimais ça, l’idée d’une texture un peu vaporeuse. Oups, ne restait que 3 œufs (il en fallait 4). Merde, pas de farine de noix de coco, ni de farine de tapioca. Bah; on ne laissera pas ça briser mon rêve d’idéation environnemental! Allons-y pour un remplacement : de la farine brune. L’œuf en moins sera certainement compensé par la promise texture vaporeuse, non?

C’est bien certain qu’au moment de mélanger les 2 farines, impossible de se tromper : la farine de grillon, c’est foncé. Même si elle est comparée à une farine déjà brune, rien à faire : ÇA PARAÎT. Cette fois, c’était bel et bien dans ma tête : ne pense pas, ne pense pas, mélange, c’est tout ce qu’on te demande… Il ne faut parfois qu’une bonne dose de courage, et d’assumage : GO!

Pour le reste, j’ai fait comme à l’habitude, c’est-à- dire n’en faire qu’à ma tête, côté étapes à suivre, pour assurer le succès de ma concoction : tout brasser rapidement, vite fait bien fait. Ne restait plus qu’à enfourner ma mixture brunâtre (sûrement à cause des bananes un peu beaucoup trop mures…). Pour ne pas trop penser, j’ai tenté de dompter mon tapis de yoga, en essayant, une fois de plus, de percer les mystères du head stand…

Le résultat

J’ai toujours pas réussi ma posture, mais je pense que je peux dire mission accomplie, question nutrition du futur! Je n’ai absolument rien dit à mes garçons concernant la composition du dessert. Ils ont déjà mangé des insectes, mais je voulais un jugement impartial. Leur verdict : «Toutes mes félicitations, maman chérie, ta nouveauté culinaire est absolument délicieuse!» OK, en vérité, ça sonnait plus comme «Hummm, ouin m’man, y’é bon»; pareil…

J’ai osé, j’ai été récompensée. On peut se fier à la boss, la texture est vraiment plus fluffy. Qui plus est, la boîte à lunch, les profs et moi sommes toutes TRÈS heureuses des nombreux avantages contenus dans ma solution nutritive. Personne ne connaît la vérité, personne n’est choqué, tout le monde est contenté. Aucune allergie chez les futurs goûteurs; why not? Asteur question éthique, là… c’est un autre débat!

Resultat pain aux bananes et GRILLONS

Écrit par Valerie Bilodeau